En quoi consiste notre nourriture finalement ?

Pourquoi les bovins et les autres animaux sont importants pour notre économie

Brand Publisher

7 faits qui expliquent pourquoi notre pays est idéal pour l’élevage.

Le lait et la viande ne poussent pas sur les arbres mais sur le pâturage. L’herbe consommée par les bovins, les moutons ou les chèvres se transforme en aliments précieux, tels que le lait, le fromage et la viande. Étant donné que la topographie de la Suisse offre peu de place pour les cultures agricoles, elle est idéale pour l’économie herbagère.

1. La Suisse est un pays herbager par excellence

shutterstock / The Small Village High Up in the Swiss Alps
shutterstock / The Small Village High Up in the Swiss Alps
shutterstock / The Small Village High Up in the Swiss Alps

Savais-tu que deux tiers des surfaces économiquement exploitables de la Suisse ne se prêtent pas à la culture de fruits, de légumes ou de céréales ? Cela rend la Suisse un pays herbager par excellence, ce qui plaît d’autant plus à nos ruminants qui transforment l’herbe en aliments précieux, tels que la viande, le lait et le fromage ainsi qu’en produits dérivés, comme le cuir, la laine, les matières grasses, etc.

2. Herbes alpines

shutterstock / Mountain flower meadow
shutterstock / Mountain flower meadow
shutterstock / Mountain flower meadow

Vive les Alpes ! Environ 13% de la superficie globale de la Suisse est composé de surfaces liées à l’économie alpestre. Ces alpages ou pâturages d’estivage composent une grande partie des Alpes, des Préalpes et du Jura. Les vaches, les bœufs, les moutons et les chèvres y sont gardés du printemps à l’automne et se nourrissent des meilleures plantes et herbes alpines.

3. Le château d’eau de l’Europe

shutterstock / Giessbach waterfalls, Brienz, Switzerland
shutterstock / Giessbach waterfalls, Brienz, Switzerland
shutterstock / Giessbach waterfalls, Brienz, Switzerland

Des préoccupations environnementales concernant l’élevage se font entendre ces dernières années car celui-ci utilise beaucoup d’eau. Cela est principalement vrai, mais en Suisse, pays riche en précipitations, l’agriculture n’utilise que 2% de l’eau fraîche, alors que ce taux est de 70% au niveau mondial.

4. Fourrage local pour les animaux d’élevage de la Fédération

proviande
proviande
proviande

Là où s’affiche la qualité suisse, elle est à trouver à l’intérieur aussi. Si l'on prend en considération toutes les espèces animales, 86% des aliments pour animaux viennent de Suisse. Il s’agit principalement d’herbe et de foin mais aussi de produits dérivés raffinés de l’industrie alimentaire. Seul ⅕ de tous les aliments pour animaux est importé, ce qui correspond notamment aux céréales et au soja issus de la production responsable.

5. Contre le gaspillage alimentaire

proviande
proviande
proviande

Qui aurait cru que les cochons sont également une arme contre le gaspillage alimentaire? Ils valorisent en grande partie des produits dérivés de la transformation alimentaire, tels que le lactosérum issu de la fabrication du fromage, les produits de farine et de sarrasin de la transformation des céréales et des pommes de terre, les déchets de préparation de la production des légumes, etc. L’élevage porcin contribue ainsi essentiellement à la lutte contre le rejet et le gaspillage d’ingrédients alimentaires précieux.

6. Contrôles fédéraux

proviande
proviande
proviande

C’est bien : Les hormones et les antibiotiques sont interdits en Suisse depuis 1999. De surcroît, les aliments suisses pour animaux sont exempts d’organismes génétiquement modifiés et ne contiennent pas de farines animales. La Station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux (ALP) veille au respect de ces dispositions. Elle contrôle et approuve des aliments pour animaux et empêche que la viande ne soit contagiée par des substances toxiques ou indésirables.

7. Cycle de vie

proviande
proviande
proviande

En Suisse, l’élevage des animaux consiste à un cycle des matières équilibré. De nombreuses exploitations agricoles familiales gèrent les ressources naturelles avec le plus grand soin. Elles prennent soin du paysage et veillent à la biodiversité. L’utilisation des pâturages comme cultures de fourrage pour l’élevage des animaux ainsi que l’utilisation des déjections comme engrais forment un cercle harmonieux.

Tu veux tester tes connaissances et obtenir une récompense? Participe au concours pour gagner l'un des quatres bons d'achats d'une valeur de 100 francs.

Tu trouveras d'autres faits, de délicieuses recettes et tout ce qui attise ton « penchant pour la viande » ici.

Publié à 13.11.2017 / 09:00